Tout sur marchés

Apple relance de plus belle les craintes qui agitent les marchés ces dernières semaines. La firme à la pomme a lancé pour la première fois en près de 20 ans un avertissement sur ses résultats. Un avertissement qu'elle lie à la Chine et à la guerre commerciale qui fait toujours rage entre ce pays et les Etats-Unis.

L'analyste Frank Vranken revient sur 2018. L'année du dollar US. Les Etats-Unis ont également mené la danse sur les marchés pétrolier et boursier.

Jerome Powell, nommé à ce poste par Donald Trump en novembre dernier, était auditionné ce mardi par le Congrès pour la première fois. Une audition caractérisée par un ton optimiste mais prudent, tandis que Wall Strett accusait une de ses plus fortes baisses.

Entrée en vigueur le 3 janvier, la directive européenne MIFID II n'a pas créé de perturbations sur les marchés pour l'instant. Pour rappel, celle-ci doit permettre de mieux protéger l'investisseur en favorisant plus de transparence sur les marchés d'instruments financiers.

Après une année 2016 au ralenti, l'année 2017 s'annonce très dynamique du côté des IPO. Toutes les places boursières profitent de l'effervescence, même si l'Asie concentre la majorité des entrées en bourse.

Voici la nouvelle salle des marchés de KBC. Premier défi de taille : les élections françaises. Ici on se prépare à faire face à la volatilité des marchés.

La Turquie se prononcera dimanche sur l'opportunité ou non de renforcer les pouvoirs de son président. Les marchés gardent l'oeil ouvert sur le sort du pays.

Après des mois de blocages, la Grèce a finalement trouvé un accord avec ses créanciers pour le déblocage de la prochaine tranche d'aide. Le pays a accepté de mettre en oeuvre de nouvelles réformes en 2019 et 2020.

Après le vote du Brexit, la victoire de Donald Trump, le référendum italien et la présidentielle autrichienne, les marchés nous montrent qu'ils se sont finalement bien adaptés à ces issues inattendues. Reste que d'autres échéances pourraient bien apporter une prime de risques politique supplémentaire sur les actifs européens. Alors, à quoi faut-il s'attendre pour 2017 ?

Donald Trump a été officiellement élu le 45 ème président des Etats-Unis, ce qui n'a pas manqué de prendre les marchés par surprise, qui luttaient dans les premiers échanges pour ne pas céder à la panique.

L'ex fleuron allemand de la finance Deutsche Bank a vu son cours de Bourse dévisser depuis le début de l'année, pénalisée par de nombreux litiges et amendes qui pèsent sur sa rentabilité, sans compter que la faiblesse des taux rend également son métier plus difficile , ce qui est le cas pour toutes les autres banques d'ailleurs.

Quinze jours après le Brexit les premiers effets économiques concrets se font sentir. Les marchés sont inquiets. Quatre fonds immobiliers ont décidé de suspendre leur activité face à l'afflux des demandes de retraits d'investisseurs. La livre est au plus bas depuis 1985.

Le président de la BCE, Mario Draghi, avait prévenu en janvier dernier que l'institution allait " réexaminer " sa politique monétaire en mars pour répondre au risque déflationniste persistant en Europe. D'où une intense spéculation sur les mesures qui pourraient être annoncé ce jeudi, à l'issue du conseil des gouverneurs.