Tout sur Nucléaire

Après 40 ans de recherche, les experts en sont convaincus : la couche d'argile de Boom, au nord de la province d'Anvers, est adaptée au stockage de déchets nucléaires de longue durée, hautement radioactifs.

Selon le rapport de l'AFCN, une prolongation du nucléaire est envisageable après 2025. Ce rapport avait été demandé par le gouvernement dans leur accord du 23 décembre dernier. L'AFCN préconise certaines conditions et un calendrier stricte.

Mardi soir, le Président français annonçait clairement ses ambitions nucléaires. La France n'est pas un cas isolé. La capacité de production d'énergie nucléaire est en train de croître à l'échelle mondiale. En Belgique, la sortie reste programmée pour 2025.

A la question, la sortie immédiate du nucléaire est-elle possible? Ou faut-il prolonger deux centrales pendant 10 ans... l'avis du Conseil Supérieur de la Santé reste partagé. Mais il est catégorique sur un point: l'énergie nucléaire dans sa forme actuelle n'est pas compatible avec les principes du développement durable.

Pour la ministre de l'Energie, l'approbation de la Commission européenne est un grand pas en avant. Grâce au mécanisme de rémunération de capacité, via des enchères, le gouvernement pourra financer de nouvelles capacités de production d'énergie, de nouvelles capacités pour faire face à la disparition progressive du nucléaire.

Les ministres de l'Economie, de l'Intérieur, et de l'Energie ont annoncé aujourd'hui la création d'une task force chargée d'accompagner la sortie du nucléaire prévue en 2025. Un chantier titanesque évalué à près de 40 milliards d'euros. Et que la Belgique espère convertir en une opportunité économique créatrice d'emploi et d'expertise dans le secteur.

Dans les années à venir, 2 à 3 nouvelles centrales au gaz verront le jour dans notre pays, d'après une décision du Conseil fédéral des Ministre ce vendredi. Pour compenser le nucléraire, une capacité de 2,3 gigawatts sera nécessaire pour la première phase. Ces centrales au gaz ne seront utilisées que si trop peu d'énergie verte est produite.

A la demande d'Engie, un projet collaboratif flamand a imaginé l'approvisionnement énergétique de la Belgique au-delà de 2025. Tous les cas de figure ont été imaginés, en ce compris une prolongation du nucléaire. Une solution qui ne serait pas forcément inintéressante.

Nos politiques accordent trop d'importance aux mesures climatiques sans impact sur les émissions de CO2. C'est la conclusion de Metaforum, un groupe de réflexion de la KU Leuven qui réunit onze experts de différentes disciplines. Des experts qui se sont penchés sur la manière dont la Belgique peut développer une politique énergétique durable et efficace.

Engie a reçu un énorme dividende d'Electrabel. Cette opération a pour effet de diminuer les fonds propres d'Electrabel. En 2015 et en 2016, la filale belge a accusé une perte de plus d'un milliard d'euros. Et les résultats de 2017 ne sont pas encore connus mais ne devraient pas être meilleurs.

Ce sont des projets gigantesques qui piétinent depuis des années. Du stade national au RER en passant par les centrales nucléaires ou même le palais de justice de Bruxelles, une même question se pose: y a-t-il encore de l'ambition en Belgique ?