Tout sur OPEP

Le brut est au plus haut depuis la guerre du Golfe il y a 28 ans. En cause : les attaques de samedi revendiquées par les rebelles yéménites en Arabie Saoudite. Deux sites du géant pétrolier Aramco ont été visés par des drones.

L'Opep a choisi d'augmenter sa production de pétrole d'1 million de barils par jour. Une décision prise durant la réunion semestrielle de l'Organisation à Vienne.

Les pays de l'OPEP ont décidé à l'unanimité de reconduire les quotas de production jusqu'à la fin 2018. La Russie suit le mouvement mais n'exclut pas de rompre l'accord en cas de surchauffe du marché.

L'Agence internationnale de l'énergie (AIE) estime que le marché du pétrole est en train de se rééquilibrer grâce à une demande plus importante que prévu cette année. Elle pointe du doigt une faible résolution de l'Opep à limiter sa production.

Six heures de tractations à Doha n'ont pas suffit pour aboutir à un accord sur le gel de la production de pétrole. Les divergences entre l'Iran, qui a annoncé au dernier moment son absence à la réunion, et l'Arabie saoudite ont vivement pesé sur les négociations.

La chute des cours du pétrole s'est encore accélérée la semaine dernière au point qu'on évoque de plus en plus la possibilité d'un baril à 20 dollars. Un niveau qui constituerait toutefois un plancher susceptible de changer la donne...

L'OPEP a décidé de ne pas soutenir les prix du pétrole. L'organisation des pays exportateurs, menée par l'Arabie Saoudite, a décidé de maintenir son plafond de production inchangé. Objectif: mettre la pression sur les concurrents directs.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a révisé à la baisse sa prévision de croissance de la demande de brut pour 2016, sur fond de ralentissement économique au Brésil et en Chine, selon son rapport mensuel paru lundi.

57.700.000. C'est le nombre de barils de pétrole que devraient produire chaque jour les pays non membres de l'OPEP l'an prochain. 57.700.000 barils, c'est 500.000 de moins que cette année.

Le prix du pétrole a encore chuté. Le brut américain s'approche du seuil des 40 dollars le baril. Une bonne nouvelle pour la Belgique. Sa facture pétrolière a en effet été réduite de plus de 4 milliards d'euros en un an. Et les entreprises améliorent leurs marges.

Net recul du baromètre ZEW en août - L'OPEP adepte de la méthode coué ? - Les objectifs de l'Australie critiqués

Bill Scotting à la tête de Nyrstar - Credendo: bons résultats 2014 - L'industrie japonaise déprimée - L'Indonésie veut réintégrer l'Opep

Lutter contre l'évasion fiscale - Chine/Australie: libre-échange - Zone euro: l'inflation a redémarré - Les pays de l'OPEP ont gagné moins

L'Opep a décidé, comme attendu, de conserver son plafond de production collectif à 30 millions de barils par jour, ce vendredi lors de sa réunion semestrielle à Vienne. Le cartel, qui pompe près d'un tiers du pétrole mondiale, persiste donc dans sa stratégie visant à maintenir ses parts de marché.