Tout sur Patrons

Quelque 150 militants de la FGTB se sont rassemblés ce lundi en fin de matinée face au siège de la Fédération des Entreprises de Belgique. Une action visant à réclamer un accord rapide sur l'augmentation du salaire minimum pour lequel plusieurs blocages persistent toujours.

Au point mort depuis le 22 janvier dernier, la concertation sociale autour de l'accord interprofessionnel ne semble pas pouvoir reprendre de sitôt au sein du groupe des dix. En cause: la marge d'augmentation salariale que jugent insuffisante les syndicats. Une marge fixée pour les deux prochaines années à 0,8% par la loi de 1996 que ces derniers veulent modifier.

S'achemine-ton vers un blocage des salaires ? C'est ce que redoute la FGTB sur base de premiers chiffres du Conseil central de l'Économie qui calcule de combien les salaires peuvent augmenter tous les deux ans. Des chiffres qui montreraient qu'il n'y pas de marge pour une hausse salariale, ce que juge inacceptable le syndicat socialiste.

Les syndicats veulent défendre la formation professionnelle au sein de la CP 200, la plus grande commission paritaire du secteur privé. Une nouvelle convention sectorielle est actuellement négociée avec les employeurs, qui manqueraient d'ambition en la matière. C'est ce qu'a voulu dénoncer ce matin la CNE, lors d'une action devant le siège de la FEB.

Les patrons font à leur tour leur rentrée. L'occasion pour la FEB de plaider pour un nouvel accord sur le droit de grève et d'insister sur ses priorités dans les négociations qui se profilent avec les syndicat sur le nouvel accord interprofessionnel et le jobs deal du gouvernement fédéral.