Tout sur PEPP

La BCE va ralentir légèrement ses rachats d'actifs. Un acte de recalibrage. Et qu'elle compte mettre en oeuvre pas à pas. Signe que l'économie s'améliore. Et que l'heure de la fin des politiques ultra-accommodantes des banques centrales approche.

Ce jeudi, la Banque centrale européenne a confirmé le maintien de sa politique monétaire accomodante. Les achats d'actifs dans le cadre du programme d'urgence face à la pandémie se feront même à un rythme plus élevé. Tout doit être mis en oeuvre pour éviter de freiner la reprise.

Taux d'intérêt au plus bas, TLTRO et APP confirmés. La Banque centrale européenne garde tout son arsenal en place. Pas question non plus de commencer à réduire les achats massifs de dettes dans le cadre du PEPP, le programme d'achat d'urgence face à la pandémie.

La Banque Centrale Européenne espère que les données des prochains trimestres viendront confirmer la pertinence de son programme d'achats d'urgence en cas de pandémie. Un programme de 1.850 milliards d'euros, dont se félicite le gouverneur de la Banque du Portugal, membre du conseil de la BCE.

Comme attendu, la Banque centrale européenne a maintenu ce jeudi ses taux directeurs à leur plus bas historique. Par ailleurs, la BCE va accélérer le rythme de ses rachats de dette afin de calmer la nervosité des marchés face à une récente hausse des taux obligataires. Si elle a légèrement relevé ses prévisions d'inflation, l'institution exclut un retour en force de la hausse des prix.

Taux inchangés, TLTRO améliorés, PEPP augmenté, la banque centrale européenne renforce ses instruments pour aider la zone euro a passer le cap de la pandémie.

La Banque Centrale Européenne a intensifié son programme d'urgence de rachat d'actifs (PEPP). Pour faire face à la crise du coronavirus, l'enveloppe est augmentée de 600 milliards d'euros pour atteindre un total de 1350 milliards. Il en va de la préservation de l'économie dans la zone euro.