Tout sur pétrole

L'Union européenne propose un 6ème paquet de sanctions à l'encontre de la Russie. Depuis le début de l'invasion, l'Europe a payé 20 milliards d'euros à la Russie pour l'achat de pétrole. Cet argent permet à Poutine de maintenir l'économie de son pays, malgré les sanctions précédentes. Le coeur de ce 6ème paquet de sanctions est donc l'interdiction d'importer des produits pétroliers russes.

Les ministres européens de l'Energie se réunissent à Bruxelles. But : coordonner leur position après la décision russe de couper l'approvisionnement en gaz de la Pologne et de la Bulgarie, deux pays qui ont refusé de payer en roubles. Une ligne de conduite qui pourrait être adoptée par les autres pays de l'Union.

Pour lutter contre la flambée des prix de l'énergie, le président américain passe à la vitesse supérieure. Il ne contente pas seulement de mettre sur le marché 180 millions de barils de pétrole issus des réserves stratégiques du pays, il veut aussi obliger les producteurs pétroliers à exploiter les puits inutilisés. Joe Biden ambitionne également de garantir la sécurité d'approvisionnement des matières premières nécessaires à la transition énergétique.

Avec la reprise économique, la demande de pétrole reste élevée. Tandis que l'offre ne suit pas. Malgré les promesses des pays de l'OPEP et de leurs partenaires d'augmenter la production de 400 000 barils par jour. De quoi alimenter les spéculations.

Omicron: inquiétude et baisse du prix du pétrole / Complément de salaire pour les infirmiers spécialisés / Evergrande relance la construction de ses projets

L'apparition d'Omicron, un nouveau variant potentiellement résistant au vaccin, fait planer le spectre d'un nouveau confinement. Il n'en fallait pas plus pour faire paniquer les marchés vendredi. Ce lundi, ils ont néanmoins remonté un peu la pente dans l'attente de grosses échéances

La plage d'Huntington Beach est fermée. La pêche interdite. C'est la conséquence d'une marée noire qui s'étend en Californie. Le pétrole s'est échappé d'une brèche dans un oléoduc à plusieurs kilomètres des côtes. Les autorités locales pointent la responsabilité de l'opérateur, la société Amplified Energy Corporation.

Colonial Pipeline est l'un des plus grands opérateurs d'oléoducs américains. Il transporte de l'essence, du diesel et du kérosène depuis le Texas jusqu'à la côte est des États-Unis, sur plus de 8.800 km. Seulement voilà, depuis vendredi dernier, cet immense réseau de pipelines est victime d'une cyberattaque provoquant l'arrêt temporaire des opérations.

En 2020, l'inflation en Belgique s'est tassée à 0.4% alors qu'elle était à 1.2% en 2019. Une inflation principalement tirée vers le bas par la chute des prix du pétrole due à la récession économique mondiale. Qui a largement compensé la hausse des prix des produits alimentaires.

Les cours du pétrole ont franchi ce lundi la barre des 70 dollars le baril, une première depuis janvier 2020. Cela fait plusieurs semaines que les cours sont orientés à la hausse, dopé par les perspectives de reprise de la demande en raison du redémarrage de l'économie mondiale. A cela s'ajoute quelques tensions géopolitiques.

Keystone XL, c'est le projet d'un pipeline qui doit acheminer plus de 800.000 barils de pétrole par jour entre la province canadienne d'Alberta et les raffineries américaines du Golfe du Mexique. Un projet lancé en 2008, annulé par Barack Obama pour des raisons écologiques, relancé sous Donald Trump pour des motifs économiques et peut-être bientôt une nouvelle fois mis de côté avec Joe Biden.

Le nombre de plateformes pétrolières en activité est en chute libre aux Etats-Unis. L'industrie pétrolière est exposée à des difficultés sans cesse croissantes. Une situation précaire accentuée par le Covid-19 et par l'émergence des énergies alternatives.