Tout sur prévisions

Dans un contexte d'élections présidentielles aux Etats-Unis, ING prévoit une trève dans la guerre commerciale avec la Chine. Elle s'attend aussi à ce que les banques centrales maintiennent des taux bas. De quoi éviter une récession, estime la banque qui se montre cependant moins optimiste que d'autres au sujet de 2020.

Les derniers chiffres sont clairs, l'économie européenne est entrée dans une période de croissance et d'inflation modérées. Peu probable qu'elles se redressent à court terme estime la Commission qui a révu ses prévisions à la baisse. Elle prévoit désormais pour la zone euro un PIB en progression d'1,1% cette année et d'1,2% à peine l'an prochain, au lieu d'1,4% espéré précédemment.

Comme dans l'ensemble de la zone euro, la croissance devrait ralentir en Belgique ces prochaines années. La BNB, qui présentait ce lundi ses prévisions économiques, a en effet revu à la baisse ses attentes concernant la croissance belge jusqu'en 2021. Un ralentissement qui ne sera pas sans conséquences sur les créations d'emplois et sur le déficit public.

La Commission européenne a rabaissé jeudi ses prévisions de croissance pour la zone euro en 2018. L'exécutif européen table désormais sur une croissance de 2,1% cette année, et non plus de 2,3% comme avancé lors de son évaluation de printemps le 03 mai dernier.

La Banque nationale vient de revoir légérement à la hausse ses prévisions pour l'économie belge. La BNB s'attend désormais à une croissance d'1,7% l'an prochain, 1,6% en 2019.

Après une croissance faible cet année, l'économie belge devrait accélérer l'an prochain. Le gouverneur de la banque nationale est venu présenter ses prévisions.

La Commission européenne a légèrement abaissé mercredi ses prévisions de croissance pour la zone euro en 2017. Elle a également mis en garde contre les incertitudes liées au Brexit et au climat "volatil" international.

Les prix remontent en Belgique, c'est ce que laissent penser les dernières prévisions du Bureau du Plan. L'inflation devrait rebondir à 2% cette année, avec des risques pour la compétitivité.

Le Bureau du plan vient de publier ses prévisions pour la période 2016-2021. Résultat: la croissance belge atteindra 1,2% en 2016. C'est certes moins qu'en 2015, mais certains éléments sont encourageants.

La reprise économique se maintient en Belgique. Selon la Fédération belge des entreprises, la croissance du pays pourrait atteindre 1,3% en 2015 et 1,5% en 2016. Mais les attentats de Paris auront inévitablement des conséquences sur le commerce, l'Horeca, l'organisation d'événements et le transport aérien qui représentent ensemble entre 6 et 8% du PIB du pays.