Tout sur Productivité

À la veille de la Journée du sommeil, le spécialiste RH, Attentia, souhaite attirer l'attention sur les troubles du sommeil. Aujourd'hui, un adulte sur 3 souffre de troubles du sommeil. Une pathologie qui peut mener à des troubles de la concentration, à de l'épuisement professionnel ou encore à un risque accru d'erreurs et d'accidents au travail. Mais des solutions préventives existent.

En terme de formation continue, la formation de personnes déjà au travail, la Belgique est plutôt moyenne par rapport à ses voisins. Or pour le Conseil Supérieur de l'Emploi, au moment où les transformations du monde du travail s'accélèrent, la formation continue est essentielle pour conserver la productivité de nos entreprises.

Une grande majorité de Belges veulent poursuivre le télétravail après la crise. C'est ce qui ressort d'une enquête du cabinet de conseil BDO. Neuf employés et cadres sur dix veulent travailler depuis chez eux 1 à 3 jours par semaine à la fin du confinement. Mais beaucoup d'entreprises n'ont toujours pas de culture, ni de politique qui soutiennent et encouragent le travail à domicile.

Une grande majorité de Belges veulent poursuivre le télétravail après la crise. C'est ce qui ressort d'une enquête du cabinet de conseil BDO. Neuf employés et cadres sur dix veulent travailler depuis chez eux 1 à 3 jours par semaine à la fin du confinement. Mais beaucoup d'entreprises n'ont toujours pas de culture, ni de politique qui soutiennent et encouragent le travail à domicile.

1,2 %, c'est le niveau de croissance que devrait connaître l'économie belge ces trois prochaines années. Un niveau plutôt faible mais pas si mauvais au regard du contexte international, souligne la Banque nationale qui appelle à de nouveaux efforts pour soutenir la productivité mais également les finances publiques.

C'est une première en 6 ans: la productivité en Belgique a diminué l'an dernier. Une diminution certes légère, de 0,1%, selon l'étude du cabinet américain The Conference Board. Elle n'e reste pas moins préoccupante sachant qu'il s'agit du principal moteur de notre économie.

La Coupe du monde de football influence-t-elle l'économie des pays participants ? Comme en 2014, la banque ING a tenté de répondre à cette question. Résultat: l'impact est... quasiment nul.