Tout sur Relance

La FEB optimiste quant à la reprise en Belgique. Selon l'organisation patronale, l'économie belge devrait retrouver son niveau d'avant crise au premier trimestre de l'an prochain. La Fédération des entreprises de Belgique se veut néanmoins prudente, pointant la hausse des prix des matières premières et les risques pour l'emploi quand on mettra fin au système de chômage temporaire.

Les pays les plus riches se réuniront ce week-end au Royaume-Uni pour le premier Sommet du G7 depuis le début de la pandémie. Au menu des discussions, la relance, la distribution des vaccins, et l'élaboration de nouvelles règles pour le commerce mondial. La Chine, la Russie et les questions des droits humains figureront également à l'agend.

Syndicats et employeurs se sont mis d'accord sur le relèvement du salaire minimum et l'aménagement des fins de carrière, mais également sur la possibilité de réaliser jusqu'à 120 heures de travail supplémentaire défiscalisées, sur base volontaire, pour soutenir la relance de secteur tel que l'horeca, l'évenementiel, ou encore du tourisme.

Après avoir plongé de 4.9% en 2020, l'économie allemande se remet de la crise du Coronavirus et pourrait même atteindre une croissance de 4 % cette année. . Mieux qu'annoncé lors des prévisions de printemps.

Les banques en Belgique sont assez solides pour accompagner la reprise économique. C'est la principale conclusion du rapport de la Banque nationale sur la stabilité du système financier. Un système aidé par la politique monétaire dans le contexte exceptionnel de la pandémie.

En 2018, 2% des factures que les PME envoyaient à d'autres entreprises restaient impayées. En 2020, ce taux a grimpé à 12%. Vu les difficultés pour la relance des activités, on peut craindre deux fois plus de faillites qu'au cours d'une année normale.

Le président de la Fed, Jerome Powell, a déclaré qu'un an après le début de la pandémie mondiale, les pires résultats économiques avaient été évités grâce au soutien agressif des autorités fiscales et de la Fed. Qui comptent poursuivre sur leur lancée.

La Grèce se prépare à accueillir à nouveau des touristes. Il faut dire que le secteur est capital pour le pays, puisqu'il représente environ un cinquième de son économie. La Grèce réclame donc un passeport santé européen pour faciliter les voyages. Le pays envisage par ailleurs de vacciner tous les travailleurs du tourisme d'ici le début de l'été.

Avec un recul de 3,8%, le secteur de la construction a moins souffert que l'économie dans son ensemble l'an dernier. Et à en croire la fédération sectorielle, une relance de 5% serait possible en 2021. Une condition toutefois, que les grands projets, comme l'Oosterweel, le RER et le tram de Liège, puissent devenir réalité.

Plus de 100 économistes ont lancé un appel à annuler les dettes publiques détenues par la Banque Centrale Européenne. Selon eux, il en va de la reconstruction sociale et économique de l'Europe après la pandémie de la Covid-19. Un nouveau moment fondateur de l'histoire européenne doit être écrit.

Les pays de l'Union européenne doivent s'adapter sans cesse à l'évolution de la pandémie de la Covid-19. Dans ce contexte, la Commission européenne prévoit une croissance beaucoup plus lente. Un retour à la normale n'est pas attendu avant 2022.

Le FMI prévoit un recul de l'économie mondiale de 4,4% cette année. C'est moins pessimiste que lors de ses prévisions précédentes. La Chine, en particulier, récupère bien mieux que prévu. Mais selon le FMI, la crise Coronavirus durera plus longtemps que prévu, alors que les inégalités ne cessent d'augmenter.

Les démocrates et les républicains du Congrès n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur un nouveau plan de soutien à l'économie américaine. Alors samedi, Donald Trump a décidé d'agir seul en signant une série de décrets. Ce dimanche, il se disait néanmoins prêt à reprendre le dialogue avec les démocrates, sans cacher qu'il pourrait aussi se passer d'eux et poursuivre seul le travail.

C'est le grand jour, les consultations ont débuté ce mercredi pour préparer le plan de relance de notre pays. A l'initiative de Sophie Wilmès et pendant trois semaines, des experts et représentants de la société civile, du monde de l'entreprise ainsi que des institutions belges viendront partager leur expertise avec le gouvernement. Objectif: relancer l'économie belge, mais aussi la restructurer en profondeur.

C'est le grand jour, les consultations ont débuté ce mercredi pour préparer le plan de relance de notre pays. A l'initiative de Sophie Wilmès et pendant trois semaines, des experts et représentants de la société civile, du monde de l'entreprise ainsi que des institutions belges viendront partager leur expertise avec le gouvernement. Objectif: relancer l'économie belge, mais aussi la restructurer en profondeur.