Tout sur Rémunération

C'est au pied de la Tour des Finances à Bruxelles que les manifestants se sont donnés rendez-vous. Plusieurs dizaines de représentants syndicaux venus rencontrer la ministre de la Fonction publique. Depuis 2002, les barèmes des fonctionnaires fédéraux n'ont plus augmenté. Les rémunérations ont évolué avec l'inflation. Les négociations sectorielles sont l'occasion de réclamer des augmentations.

La pandémie n'a pas vraiment eu d'impact sur la rémunération fixe des patrons d'entreprises cotées. Le salaire médian des CEO du Bel20 a augmenté de près de 2% l'an dernier pour atteindre 713.000 euros. Mais selon la Vlerick Business School, ce qui a changé c'est la baisse des bonus des dirigeants.

C'est la question de la rémunération qui est venue bloquer les négociations. Des négociations pour un accord sectoriel 2021-2022 qui évoluaient pourtant bien dans le secteur de la chimie, de la pharmacie et du plastique.

Les CEO du Footsie gagnent en moyenne 120 fois plus qu'un Britannique moyen. Chez nous, être patron est un petit peu moins rentable. Mais les salaires des patrons du Bel 20 n'en restent pas moins très confortables avec quelque 10.000 euros par jour. C'est 48 fois plus que le salaire d'un Belge moyen.

Alors que la crise du coronavirus a accéléré le développement du télétravail, d'autres changements pourraient bien intervenir dans les entreprises. Dans la manière de rémunérer les salariés par exemple.

Horeca, coiffeurs, esthéticiens, commerçants, de nombreuses entreprises ont eu recours au chômage temporaire de force majeure en raison du Coronavirus. A partir du 1er septembre, les conditions se durcissent. Et selon Acerta, à peine 42% des entreprises pourront encore utiliser le mécanisme, car elles répondent au nouveau critère.

Les actionnaires de Tesla ont approuvé une rémunération potentielle colossale de près de 56 milliards de dollars pour Elon Musk, l'emblématique patron et fondateur du constructeur de véhicules électriques haut de gamme.