Tout sur Reprise économique

La confiance des investisseurs en recul le mois dernier en Wallonie. C'est ce qui ressort du Baromètre des Investisseurs d'ING. Les récentes inondations subies au sud du pays ont sapé une partie de l'optimisme francophone. Côté néerlandophone en revanche, l'amélioration a continué sur sa lancée.

Les économistes d'ING prévoient une forte croissance un peu partout dans le monde cette année. Elle devrait atteindre 8% en Chine, 7% aux États-Unis et 4,5% en Belgique ainsi que dans la zone euro. Autre bonne nouvelle, d'après la banque, le tsunami redouté de faillites et de pertes d'emplois a peu de chance de se produire. Cependant, il existe un risque inflationniste structurelle. Même si celui-ci est plus préoccupant aux États-Unis que dans la zone euro.

A mesure que les restrictions s'assouplissent, les entreprises belges voient leur activité repartir de l'avant. Bien sûr, la crise affecte encore leur chiffre d'affaires. Mais pour bon nombre d'entre elles, les préoccupations actuelles sont tout autres. Pourvoir les postes vacants et assurer la chaîne d'approvisionnement, sont désormais leurs préoccupations premières.

D'après les données d'Eurostat, l'office européen des statistiques, au mois de mai, l'union européenne comptait 165 000 chômeurs en moins par rapport au mois de mars de cette année. Signe que les entreprises recommencent à embaucher, comme le constate le bureau du travail allemand.

Première nation à être totalement sortie de la crise de la covid-19, la Chine montre déjà des signes de ralentissement de son insolente croissance. Certes la production industrielle a augmenté de près de 10% en avril, mais on est bien loin des 14% enregistrés en mars. Les ventes au détail, ont elles-aussi nettement ralentis. En cause, visiblement, la hausse des prix des matières premières.

Les PME de notre pays envisagent de recruter à nouveau. Un signe de reprise économique imminente. Même s'il est trop tôt pour crier victoire. Parmi les secteurs les plus optimistes, la construction et l'industrie, mais également les secteurs non-essentiels.

Les marchés européens ont ouvert en pleine forme ce lundi. Les campagnes de vaccination et la perspectives d'un retour à la normale de l'économie ont boosté le moral des investisseurs