Tout sur Santé

BASF souhaite vacciner ses travailleurs sur son site d'Anvers. Il faut dire que le géant de la chimie dispose là d'une vaste infrastructure médicale. La chambre froide par exemple permet de stocker des doses de Johnson & Johnson ou d'Astra Zeneca en quantité. BASF pense pouvoir vacciner ses 4.000 employés en quatre semaines environ.

La pandémie de covid-19 a entraîné un soutien accru aux soins de santé numériques. Chez nous, entreprises, investisseurs privés et autorités publiques se sont regroupés au sein de la start-up E-Health Valley. Start-up qui veut agir comme un incubateur et un accélérateur pour le développement et l'introduction sur le marché d'applications numériques dans le domaine de la santé.

Changement d'actionnariat pour l'importateur d'équipements médicaux belge Hospidex. Afin de pouvoir assurer son développement dans un secteur en pleine consolidation, l'entreprise tirlemontoise s'est tournée vers Smile Invest, un fonds d'investissement piloté par Urbain Vandeurzen, ex-président de la Gimv.

Les dépenses des hôpitaux décollent à cause du coronavirus et les recettes diminuent. La deuxième vague pèse encore plus lourd. Belfius estime que les établissements belges pourraient perdre jusqu'à 2 milliards d'euros cette année.

Avec cette somme, la biotech liégeoise spécialisée dans le traitement des maladies respiratoires veut continuer ses études cliniques et construire ses propres laboratoires.

La société Zentech exige que l'Etat belge lui verse 6 millions et demi d'euros selon les termes de l'accord à l'amiable trouvé début septembre. Pour rappel, après avoir signé un contrat en mars dernier, la société liégeoise avait produit 1 million de test. L'équivalent de 4 millions d'euros. Avant que l'Etat ne fasse marche arrière.

Son produit de thérapie cellulaire a passé une nouvelle étape dans sa phase d'essais cliniques. 24 mois après leur opération, 90% des patients présentent une fusion osseuse !

onner des perspectives aux citoyens plutôt que de réagir à la crise, tel était l'enjeu central du Conseil national de sécurité de ce mercredi. Fasse à la lascitude et à l'incompréhension de certaine mesure, le goouvernement a un peu lâché la bride sur le port du masque et la quarantaine. Il a également ouvert de nouvelle perspectives au secteur événementiel.

La pépite wallonne spécialisée dans le traitement des apnées du sommeil entre en Bourse en septembre ! Elle espère lever 60 millions d'euros.

Selon une enquête de Deloitte Belgium, les Belges prévoient d'éviter les transports publics dans les 3 prochains mois pour des raisons d'insécurité sanitaire. Un net repli sur la voiture est constaté en cette période de déconfinement, à charge pour les autorités et les différents acteurs de la mobilité en Belgique de présenter des modes alternatifs de déplacement.

Une enquête nationale de NN Group et de l'Université de Gand démontre une baisse du niveau moyen de satisfaction des Belges. La crise du coronavirus les a rendus plus anxieux sur leur santé et sur leur avenir professionnel. Leur bonheur au quotidien est mis à l'épreuve.

Une enquête nationale de NN Group et de l'Université de Gand démontre une baisse du niveau moyen de satisfaction des Belges. La crise du coronavirus les a rendus plus anxieux sur leur santé et sur leur avenir professionnel. Leur bonheur au quotidien est mis à l'épreuve.

Un consortium belge composé de sept entreprises médicales et technologiques a développé un patch qui permet de suivre à distance et en continu la respiration, le pouls ou encore la température des patients atteints du Covid-19. Un système qui permettrait donc de surveiller les malades en réduisant les interactions et donc les risques de transmission de la maladie.

La pandémie de Covid-19 affecte considérablement l'activité économique mondiale. Mais si la situation venait à s'aggraver, que pourrions-nous faire ? Pour Roland Gillet, professeur de Finances à la Sorbonne et à l'ULB-Solvay, il est crucial de s'intéresser aux plus démunis. Ceux qui risquent de ne plus avoir les moyens pour leurs besoins essentiels comme la santé, le logement et la nourriture.

La pandémie de Covid-19 affecte considérablement l'activité économique mondiale. Mais si la situation venait à s'aggraver, que pourrions-nous faire ? Pour Roland Gillet, professeur de Finances à la Sorbonne et à l'ULB-Solvay, il est crucial de s'intéresser aux plus démunis. Ceux qui risquent de ne plus avoir les moyens pour leurs besoins essentiels comme la santé, le logement et la nourriture.