Tout sur sinistrés

Créer un mécanisme de solidarité interfédéral en cas de calamité naturelle en Belgique serait une première. C'est en tout cas la direction que souhaite prendre le premier ministre De Croo, afin de répondre aux futurs besoins des sinistrés et aux dégâts que pourrait causer le changement climatique.

Le gouvernement wallon et les assureurs belges se sont finalement accordés sur l'indemnisation des sinistrés des inondations meurtrières du mois dernier. Au lieu du montant légalement plafonné à 320 millions, les assureurs interviendront jusqu'à 590 millions d'euros. Le reste sera pris en charge par la Région wallonne, alors que les dégâts sont, eux, estimés entre 1,3 et 1,7 milliard d'euros.

En raison des inondations, plus de 30.000 sinistrés doivent envoyer des photos, des devis ou encore des rapports d'experts à leur courtier. Il faut ensuite traiter ces documents, ce qui n'est pas une mince affaire. C'est la raison pour laquelle Penbox, une startup bruxelloise, a mis gratuitement sa plateforme à disposition des courtiers pour simplifier la gestion des dossiers de sinistre.

L'assureur Ethias a dépêché des cars mobiles de crise dans les entités les plus dévastées par les intempéries. Tous les sinistrés, quelle que soit leur compagnie d'assurance, peuvent venir y chercher les informations les plus utiles pour faire avancer leur dossier d'indemnisation.

Le gouvernement et les services de secours ont fait le point ce lundi sur les intempéries qui ont frappés le Sud du pays. La ministre de l'Intérieur a tout d'abord tenu à remercier pour l'élan de solidarité envers les sinistrés. Elle a également appelé citoyens qui veulent venir en aide aux victimes à désormais faire un don sur le compte de la Croix-Rouge.

En Belgique le contrat incendie, qui couvre depuis 2007 les dégâts liés aux inondations, n'est pas obligatoire, sauf pour les locataires. Heureusement, la plupart des sinistrés des récentes inondations devraient être couverts.