Tout sur Télétravail

Depuis fin octobre, le télétravail est obligatoire partout où il est possible. Cependant les retours au travail semblent s'être intensifiés ces derniers jours. Pour endiguer ce phénomène, les autorités ont promis de renforcer les contrôles. Et ce jeudi matin, c'est chez Audi Brussels que les inspecteurs ont débarqué.

Depuis plusieurs années, les études tendent à montrer que le télétravail profite à la productivité. Mais dans quelle proportion ? La crise et la généralisation de la pratique ont permis d'étudier le phénomène à grande échelle et d'en tirer les premiers enseignements.

Un centre de données de LCL va héberger un noeud du réseau Colt IQ. Grâce à ce partenariat, les entreprises établies en Belgique pourront accéder à ce réseau mondial. Un avantage à l'heure du télétravail qui demande de larges bandes passantes.

Depuis le 3 novembre, le télétravail est obligatoire.. sauf s'il n'est pas possible. Mais les entreprises respectent-elles les mesures sanitaires lorsque leurs employés sont au bureau? Face aux nombreuses irrégularités, les services d'inspection sont mobilisés. Jean-Michel Herbint

Alors que la crise du coronavirus a accéléré le développement du télétravail, d'autres changements pourraient bien intervenir dans les entreprises. Dans la manière de rémunérer les salariés par exemple.

L'impact des nouvelles mesures de restrictions est énorme pour les entreprises. Bon nombre d'employés vont en effet à nouveau se retrouver en chômage temporaire. La FEB demande donc des mesures de soutien structurelles et à plus long terme. Condition sine qua non pour éviter aux entreprises de faire faillite. Du côté des syndicats, on demande des règles plus claires en matière de télétravail mais également une augmentation des allocations de chômage temporaire.

Les commerçants sont soulagés des mesures annoncées ce matin. Ils ne devront pas fermer leurs portes. Tous les secteurs n'ont pas eu la même chance: Les parcs d'attraction ont appris ce matin leur fermeture immédiate.. Un coup dur alors que la première vague a déjà mis le secteur en difficulté.

Les employeurs doivent tout mettre en place pour permettre à leur personnel de faire du télétravail, si c'est possible. Ainsi en a décidé le gouvernement fédéral qui a précisé le cadre ce week end.

Dans les secteurs de la finance, de la comptabilité et de l'administratif, seul un employeur sur cinq prévoit une augmentation de salaires en 2021. Loin de la tendance haussière de ces dernières années, mais également de la catastrophe redoutée suite à la pandémie. A côté de cela, les modalités d'emploi évoluent: télétravail, flexibilité et même éloignement géographique ont le vent en poupe, et devraient le rester.

Le Belge aime de plus en plus son smartphone. C'est ce qui ressort d'une étude réalisée par Deloitte. Cette tendance, qui préexistait à la crise, a pris beaucoup plus d'ampleur grâce notamment aux mesures de confinement mises en place au plus fort de la pandémie.

Ce mardi, c'était la journée nationale du télétravail. Une journée qui prend tout son sens alors que la pandémie de coronavirus a entraîné un changement majeur dans notre façon de travailler. Mais si on veut accompagner au mieux cette expansion du télétravail et en retirer toutes les vertus, il faut, selon PwC, simplifier notre législation actuelle.

Le conseil national de sécurité a frappé fort ce lundi. Bulle sociale réduite, télétravail fortement recommandé et limitations des rassemblements en famille ou entre amis, le gouvernement compte bien mettre toutes les chances de notre côté pour enrayer le rebond de l'épidémie. Quitte à jouer les troubles-fête en pleine période estivale.

Alors que certains retournent petit à petit au bureau, d'autres continuent de travailler de chez eux. Le télétravail, qui était jusqu'ici une solution de confort, est devenu avec la crise, un mode de fonctionnement que de nombreuses entreprises envisagent sur le long terme.

Une grande majorité de Belges veulent poursuivre le télétravail après la crise. C'est ce qui ressort d'une enquête du cabinet de conseil BDO. Neuf employés et cadres sur dix veulent travailler depuis chez eux 1 à 3 jours par semaine à la fin du confinement. Mais beaucoup d'entreprises n'ont toujours pas de culture, ni de politique qui soutiennent et encouragent le travail à domicile.

Une grande majorité de Belges veulent poursuivre le télétravail après la crise. C'est ce qui ressort d'une enquête du cabinet de conseil BDO. Neuf employés et cadres sur dix veulent travailler depuis chez eux 1 à 3 jours par semaine à la fin du confinement. Mais beaucoup d'entreprises n'ont toujours pas de culture, ni de politique qui soutiennent et encouragent le travail à domicile.

Les entreprises internationales basées en Belgique s'apprêtent à transformer profondément leur méthodes de production: télétravail, digitalisation accélérée, rapatriement des moyens de production et raccourcissement des chaînes logistiques, une chose est sûre, il y aura un avant et un après Coronavirus.

Les mesures de confinement prises pour endiguer la propagation de coronavirus ont fait exploser le télétravail. Ce qui n'a pas échappé aux hackers qui ont flairé le bon filon. Une situation qui ne sera pas sans conséquence pour la sécurité numérique des entreprises, selon la société de cybersécurité Secutec.