Tout sur zone euro

C'est quelques minutes avant minuit que les ministres des Finances de la zone euro se sont accordés sur les grandes lignes du BICC, l'instrument budgétaire de la zone euro.

En grande forme depuis dix ans, l'économie Allemande fait office cette fois ci de mauvais élève, après l'annonce de ses chiffres de croissance du deuxième trimestre.Comme attendu par les économistes, le PIB a reculé de 0,1%, après avoir progressé de 0,4% au premier trimestre.Un ralentissement qui s'explique avant tout, par une diminution des exportations, qui en juin dernier ont baissé de 8 %

Outre la Grande Bretagne, les risques s'accumulent également en Espagne, en France et en Italie. Le ralentissement économique allemand est également source d'inquiétude pour la zone euro. Faut-il pour autant craindre une crise généralisée ?

Mettant en garde contre une incertitude croissante au niveau mondial, la Commission européenne a légèrement revu à la baisse ses prévisions de croissance pour la zone euro en 2019. Les prévisions pour cette année sont, elles, inchangées. La Commission qui a par ailleurs taclé l'optimisme budgétaire italien.

Anvers et Zeebrugge collaborent - ZE: le chômage en baisse à 8,4% - Les USA risquent $ 294 mds de représailles mondiales

Le chapitre de la dette grecque se termine. Après huit années d'austérité, de réformes libérales et de plans de sauvetage, les ministres des finances de la zone euro se sont entendus sur les conditions de sortie de la Grèce du plan d'aide européen.Comme prévu, Athène devrait donc quitter la tutelle de la zone euro et du FMI en août prochain, et ainsi reprendre la main sur sa dette et se financer sur les marchés. Les Européens ont également accepté d'allonger de dix ans les échéances de remboursement d'une grande partie de la dette. Celles-ci commenceront donc à partir de 2032, contre 2022 jusqu'à présent.

Après Emmanuel Macron en septembre et la Commission européenne en décembre, Angela Merkel avance ses idées pour l'avenir de la zone euro. Des propos très attendus.

La Commission a présenté ses nouvelles propositions pour plus de responsabilité et de solidarité budgétaires en Europe. On est bien loin cependant d'un vrai budget européen tel que le réclamait le président français.

Comme attendu, la BCE a maintenu ce jeudi ses taux directeurs au plus bas, tout en confirmant son programme de rachats de dette publique et privée au rythme de 30 milliards d'euros par mois. Un soutien à l'économie qui pourrait être étendu si nécessaire.

Emmanuel Macron était ce jeudi à Berlin pour réclamer davantage de "solidarité" financière en zone euro dans le cadre de son projet de refondation de l'Europe. Il n'a pu obtenir qu'une réponse très réservée d'Angela Merkel.

Après des mois de tractations difficiles, la chancelière allemande est en passe de former un nouveau gouvernement avec les sociaux-démocrates, option improbable jusqu'ici. Le leadership du SPD devra d'abord obtenir le feu vert de son parti le 21 janvier.

Pas de décisions, plutôt des désaccords lors des réunions de l'Eurogroupe et de l'Ecofin ces lundi et mardi. Le sommet des chefs d'Etat et de gouvernement du 15 décembre s'annonce compliqué.

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, participe ce lundi à son dernier Eurogroupe. Ce vétéran de la politique, ultra-populaire outre-Rhin et très respecté sur la scène européenne malgré son inflexibilité va prendre la tête du Bundestag.

ZE: accélération de la hausse des crédits - L'UE pénalise un cartel de camions - Ryanair annule encore des vols - USA: loi antidumping sur Bombardier

Avec un parti d'extrême droite qui la talonne et un probable partenaire de coalition eurosceptique, la chancelière allemande aura du mal à faire avancer l'intégration européenne et les réformes de la zone euro tels que les envisage la France notamment